Le 12 juin 2016, IVème dimanche après la Pentecôte


Chers amis des consécrations !

            La spiritualité du cœur de Jésus, nous l’avons vu la semaine dernière, c’est la contemplation de l’amour que Dieu nous porte, symbolisé par le cœur transpercé du Christ sur la croix. Cette contemplation nous amène à savoir que l’on est aimé de Dieu et à apprendre à aimer à l’école du Christ.
En ce mois de juin, il peut être très profitable pour notre âme et nos familles d’approfondir le message que le Christ adressa à sainte Marguerite-Marie lors des apparitions de 1675 à Paray-le-Monial. Ce message puissant chers amis, c’est une déclaration d’amour aux hommes, une plainte de ne pas être aimé par la plupart d’entre eux, et un appel à une union particulière d’affection et d’amitié avec Lui !
Pour vos familles, la consécration au cœur de Jésus est une façon de répondre à cet appel du Christ. Le caractère solennel de cette expression cache une réalité simple et belle : celle de dire à Jésus  « Notre famille désire de devenir votre amie. Nous nous donnons à vous pour que nous vivions dans une proximité de cœurs qui produise des effets dans notre foyer ! ».
Communautés, paroisses, diocèses, pays entiers se consacrent ainsi au Seigneur depuis le XIXe siècle. C’est le cas en Pologne où cette spiritualité est particulièrement présente. Sur la terre de saint Maximilien Kolbe et de sainte Faustine, la consécration au cœur de Jésus pour les familles est systématiquement proposée dans les paroisses. Chaque jour de juin, avant la messe, on se rassemble comme un dimanche pour chanter les litanies du Sacré-Cœur. Quelle leçon !
Consacrer sa famille au Sacré-Cœur, voilà mon souhait en ce mois de juin ! La famille, n’est-elle pas le lieu coutumier  de l’exercice de la charité ? Cette consécration consiste à accueillir et introniser chez vous, de façon solennelle, une image du cœur du Christ pour le mettre à la place d’honneur dans la maison, au cours d’une cérémonie conduite par le prêtre. La démarche revient à dire à Jésus : « Demeurez dans notre famille comme notre chef, notre maître et notre roi ».
            « Soyez notre maître et notre roi » : confier cela au Seigneur, serait-ce réservé aux familles d’élites et de choix ? Oh que non ! Cette démarche s’adresse à toutes les familles. Le Christ nous le rappelle : “Venez à moi vous tous qui peinez sous le poids du fardeau et je vous soulagerai”. La spiritualité du cœur de Jésus ouvre un boulevard pour nous tous : celui où le désir de s’aimer et de vivre la charité relie chacun des membres de la famille !
J’espère donc avoir de nombreuses occasions de venir introniser ou renouveler votre consécration familiale au Sacré-Cœur. Il est l’espoir et le salut de la France.
Il l’est aussi de vos familles.          
Votre chanoine