Le 13 novembre 2016, XXVIe dimanche après la Pentecôte


Chers amis du ressourcement !

 Ah, prendre du repos ! Une semaine sans avoir à rendre de compte en rien ni à personne ! Refaire ses forces. Rester en silence. Se laisser porter. Ne rien faire d’autre que dormir, manger et… prier ! Voilà chers amis le contexte d’une retraite spirituelle. Soit cinq jours environ où nous est donné l’occasion de prendre soin de notre âme. Enfin !
 Le bien-aimé Saint François de Sales à la cinquième partie, chapitre 1er, de son ouvrage « L’introduction à la vie dévote » décrit tout cela dans un français des plus charmants : « Il n’y a point d’horloge, pour bonne qu’elle soit, qu’il ne faille remonter, au matin et au soir ; et puis, outre cela, il faut qu’au moins une fois l’année, l’on la démonte de toutes pièces, pour ôter les rouillures qu’elle aura contractées, redresser les pièces forcées et réparer celles qui sont usées. Ainsi celui qui a un vrai soin de son cœur, doit le remonter en Dieu au soir et au matin ; et outre cela, il doit plusieurs fois considérer son état, le redresser et accommoder ; et enfin, au moins une fois l’année, il le doit démonter, et regarder par le menu toutes les pièces, c’est-à-dire toutes les affections et passions d’icelui, afin de réparer tous les défauts qui y peuvent être. Et comme l’horloger oint avec quelque huile délicate les roues, les ressorts et tous les mouvants de son horloge, afin que les mouvements se fassent plus doucement et qu’il soit moins sujet à la rouillure, ainsi la personne soucieuse de son âme, après la pratique de ce démontement de son cœur, pour le bien renouveler, le doit oindre par les sacrements de confession et de l’Eucharistie. Cet exercice réparera vos forces abattues par le temps, échauffera votre cœur, fera reverdir vos bons propos et refleurir les vertus de votre esprit. »
Nous-autres prêtres, vous le savez, sommes tenus d’effectuer une retraite par an. Je conviendrai bien volontiers avec vous que la logistique conséquente à cet exercice spirituel est probablement plus facile à mettre en place pour un clerc que lorsque l’on a charge de famille… Néanmoins chers amis du ressourcement : la chose n’est  pas impossible pour vous tous. Et puis l’éventualité d’une semaine de thalassothérapie surnaturelle est vraiment alléchante n’est-ce pas ? Imaginez ! Cinq jours de caresses sacramentelles, de jets d’eau puissants de la grâce, sans oublier les bains spirituels et les plongeons dans l’oraison : la formule devrait défier toute concurrence, c’est une évidence.
L’Institut du Christ-Roi-Souverain-Prêtre vous propose comme tous les ans différents lieux et différente dates pour vous permettre de remettre vos pendules à l’heure ! Fin décembre retraite sur le mystère de Noël en Suisse chez nos sœurs adoratrices ou à Verdelais près de Bordeaux. Début avril, de nouveau en Suisse, sur le mystère de Pâques. Et puis au mois de juillet à Gricigliano ou en Allemagne dans l’autre couvent de nos sœurs adoratrices (direct avec la compagnie low-cost Ryanair depuis l’aéroport de Montpellier !). Renseignements complémentaires dans l’Atrium !
J’espère de tout cœur qu’il vous sera possible d’effectuer cette halte spirituelle cette année.
La bonne santé de votre âme n’a pas de prix.
Votre chapelain